Marvel ne cesse de me divertir et de me surprendre. Après Thor en mode space opera comique à l'univers ultra-kitch assumé, voici Black Panther, surprenant à sa manière, qui est un peu plus sérieux et grave stylé. Troisième long métrage de Ryan Coogler, troisième fois qu'il aborde intelligemment son sujet, troisième collaboration avec Michael B. Jordan (après Creed et Fruitvale Station). Le monsieur a du talent, il va falloir garder un œil sur lui.

Black Panther nous a été introduit dans Captain America Civil War tel un teasing alléchant. Ici on fait connaissance avec le personnage, son origine, ses valeurs, sa destinée. Comme je ne lis pas les comics, c'est une découverte totale pour moi. Je découvre avec émerveillement Wakanda, la contrée de T'Challa, un royaume africain futuriste. Les influences visuelles de différentes ethnies existantes ont influencé les costumes et les décors avec respect et goût. C'est une merveille visuelle. Le seul bémol visuel sera dans certains traitements de re-création 3D du personnage de Black Panther en action, au mouvement parfois trop lisse, les effets spéciaux en sont perceptibles.

365679

L'aspect très positif du film réside dans son message à la fois politique, tolérant et féministe. J'ai encore plus envie de rigoler aujourd'hui quand on dit que Wonder Woman est un film féministe. Mettre des femmes qui se battent ne justifie pas tout. Ici, toute la société de Wakanda est paritaire, homme ou femme, cela est égal tant que chacun rempli ses devoirs. Autre aspect marquant, dans la plupart des productions hollywoodiennes, on a tout de même un peu trop l'habitude de stigmatiser les Afro-américains, il y en a même comme Girls Trip, récente comédie, qui ciblent de manière assumée son public. Dans Black Panther, cela fait du bien de retrouver sur le même niveau Africains, Occidentaux et Asiatiques, le racisme est balayé et même oublié pour se concentrer sur le destin de T'Challa dans un discours universel.

Côté casting, ça envoie encore une fois du lourd et les acteurs semblent prendre au plaisir chez Marvel. Chadwick Boseman mérite le costume de super-héros, il dégage quelque chose de humble et respectueux à l'image de son personnage. Autour de lui, chaque second rôle se fait remarquer. Lupita Nyong'o, la belle qui fait de l'œil à T'Challa, loin d'être niaise, est l'une des femmes fortes du film. A ses côtés, il y a entre autre Danai Gurira en chef de garde fidèle et déterminée (elle me fait penser à Ver Gris dans Game of Thrones mais en beaucoup plus expressif) et Letitia Wright, la petite sœur malicieuse, génie euphorique, un vrai rayon de soleil. Voici trois personnages féminins qui ne sont pas là pour faire joli ou mettre en valeur le héros, mais elles sont bien des pièces maîtresses indispensables pour agir à ses côtés, trois rôles écrits pour avoir du sens. 

2628230

Et puis, Daniel Kaluuya qui s'était fait remarquer dans Get Out sait trouver sa place dans ce casting faramineux. On retrouve Martin Freeman, son personnage ne me convainquait déjà pas dans Civil War, ça n'est guerre mieux ici. Soit c'est l'acteur qui a cette tendance à ne jamais se sentir à sa place, soit on lui demande de transmettre ce sentiment, mais pour moi ça ne colle pas avec cet agent de la CIA.

Côté "méchants", c'est toujours un plaisir de voir œuvrer Andy Serkis à l'écran, surtout qu'il n'est pas caché derrière un costume de motion capture. Il ne fait que prouver son génie, cet acteur est définitivement incroyable. J'en aurais même aimé un peu plus. Et bien sûr, je garde le meilleur pour la fin (sans pouvoir tous les citer, tellement ils ont tous leur place), Michael B. Jordan, le parfait adversaire pour Black Panther, qui garde sa fougue et son audace de Creed. Ryan Coogler et lui se sont bien trouvés, on leur souhaite encore beaucoup de grands films ensemble. 

1198855

Je pourrais aussi parler de la musique qui colle parfaitement au thème mais là mon texte deviendrait bien trop long pour un blockbuster qui n'a tout de même pas la carrure d'un chef d'œuvre. C'est une production maîtrisée, qui sait faire fonctionner sa recette d'un film à l'autre tout en laissant un son réalisateur exprimer son univers. Bref, j'ai passé un très bon moment devant Black Panther qui m'a offert un divertissement intelligent avec juste ce qu'il faut d'humour pour garder la ligne définie par Marvel sans tomber dans le délire de Thor Ragnarok (ce qui ne serait pas justifié ici). Prochain rendez-vous avec Avengers Infinity War ? Je me laisserai facilement tenter finalement !