C'est au tour de Benedict Cumberbatch d'entrer dans l'univers Marvel et d'introduire l'intrigant Doctor Strange. Un héros différent de ceux qu'on connaît déjà puisqu'il ne vient pas d'une autre planète et ne détient pas sa force de technologies avancées. Bienvenue dans de nouvelles dimensions !
 
Le Doctor Strange est un héros Marvel créé par l'incontournable Stan Lee et son complice Steve Ditko, à l'époque ils se sont inspirés de l'apparence de l'acteur de films d'épouvante Vincent Price (adulé par Tim Burton) pour créer sa silhouette. Après de nombreux projets avortés au cinéma depuis les années 80 pour mettre en scène ce héros peu commun, c'est finalement Benedict Cumberbatch qui a décroché le rôle. Aux commandes, on retrouve le réalisateur Scott Derrickson qui s'est déjà illustré dans des films sur le paranormal : L'exorcisme d'Emily Rose en 2005, Sinister en 2012 et Délivre-nous du mal deux ans plus tard.

231774

Qui est Stephen Strange ? Eminent neurochirurgien à l'égo surdimensionné, c'est après un très grave accident de voiture qu'il va devoir se remettre en question. Il est amené à rencontrer l'Ancien dans un temple au Népal qui va l'initier aux pouvoirs du mysticisme et lui faire découvrir l'existence de mondes parallèles infinis. D'abord sceptique, il va persister dans le seul but de retrouver la pleine utilisation de ses mains, toujours aussi égoïste. Mais son destin va totalement changer lorsqu'il sera confronté au méchant Kaecilius...
 
Marvel a habitué son public a du grand divertissement qui en met plein les yeux mais sans scénario trop compliqué. Doctor Strange continue dans cette lignée et entre dans le top des meilleures productions de la franchise. L'histoire est facile à suivre, ce n'est toujours pas de ce côté qu'on va être surpris. On a à la fois l'action indispensable au genre, le héros qui doit choisir entre le bien et le mal, puis le brin d'humour apporté ici par le cynisme permanent du docteur. Cependant, visuellement, on passe une étape. Les Avengers offrent à chaque fois du grand spectacle avec des combats à couper le souffle. Ici, on en prend encore plein les yeux, surtout l'action reste visible même quand ça bouge beaucoup.

278709

La 3D est aussi bienvenue, et le spectacle sera grandiose sur du très grand écran. Sans jouer sur des effets interactifs trop compliqués, le spectateur appréciera de se plonger dans un univers en mouvement tout en ressentant son volume. Par contre, il y a une impression de déjà vu. En effet, en 2010 Christopher Nolan avait inventé une architecture en mouvement dans Inception assez impressionnante. Dans Doctor Strange, on retrouve la même chose, tout de même dans un niveau bien supérieur techniquement, et beaucoup plus détaillé, c'est très plaisant à voir.
 
Le côté le plus décevant sera la musique. Bien que ce ne soit pas ce qui marque en général dans les Marvel, ici on retrouve Michael Giacchino, l'illustre compositeur qui a remis Star Trek au goût du jour et qui s'est aussi illustré chez Disney-Pixar en signant la musique des Indestructibles, Ratatouille ou encore Là-Haut. On pourrait espérer qu'il apporte au film une vraie signature musicale. Pire que de ne pas être marqué par le thème principal, on est surpris d'y entendre une série de notes très proches du début de la mélodie mythique de Star Trek. Manque d'inspiration ? Obsession musicale ? Dommage pour cette BO râtée.

283397

Niveau casting, c'est du haut niveau. Aux côtés de Benedict Cumberbatch, on a plaisir de découvrir Tilda Swinton qui aime jouer de son physique pour interpréter un personnage mystérieux et Chiwetel Ejiofor en allié dévoué. Rachel McAdams fait de courtes apparitions et est Christine, celle qui partageait la vie du docteur avant les changements dus à son accident. Pour jouer le grand méchant, rien de mieux que d'avoir choisi le charismatique Mads Mikkelsen qui sait s'imposer en maître surpuissant.
 
Sans renouveler le genre, Doctor Strange prouve que Marvel a encore réussi un joli coup en intégrant ce personnage à son univers cinématographique déjà bien garni. Le casting prestigieux est bien sûr un atout, mais ici les effets visuels sont la vraie star, et ils seront encore plus appréciés en 3D. Et biensûr, il faut bien rester jusqu'à la fin du générique pour les petites scènes bonus habituelles de la franchise, dont une qui ravira les fans.