Churchill au cinéma ou à la télévision, c'est toute une histoire. Combien d'acteurs se sont amusés (ou pas) à camper ce personnage bedonnant haut en couleurs ? John Lithgow s'est fait remarquer dans la première saison de The Crown pour sa prestation très crédible. C'est au tour de Gary Oldman qui se voit offrir le rôle par Joe Wright dans Les heures sombres, sorti le 3 janvier au cinéma. Au premier abord, quand on ne s'arrête que sur le physique, ce choix semble bien surprenant, voire inadéquat. Puis on se rappelle le potentiel de cet acteur britannique, véritable caméléon, jamais effrayé par un changement de look improbable et au jeu toujours impeccable.

Juillet 2017. Dunkerque de Christopher Nolan inonde les écrans. Le film de guerre par excellence vendu comme un chef d'œuvre jouant avec les nerfs de ses spectateurs ne fait finalement pas l'unanimité mais propose une vision innovante de l'opératin Dynamo. Janvier 2018, le réalisateur d'Anna Karenine met en scène le scénario d'Anthony McCarten (qui s'est déjà illustré en écrivant sur un autre homme célèbre, Stephen Hawking, pour Une merveilleuse histoire du temps) qui met en avant ce même événement historique, mais côté Londres. Loin de moi l'idée de comparer les deux films. C'est simplement amusant de découvrir la même histoire au cinéma, selon deux points de vue totalement différents, en quelques mois d'écart.

1226282

Les heures sombres est assez bien écrit et monté pour donner une sensation de suspense et de tension palpable. Si on s'est un minimum intéressé à cet épisode de la Seconde Guerre Mondiale, ou si on a simplement correctement suivi ses cours d'Histoire, on en connaît les grandes lignes, et donc on devine la trame du film. Pourtant ça ne gêne pas, c'est très plaisant de redécouvrir tout ceci d'après ce point de vue qui s'invite dans la vie intime de Churchill. 

Le film débute lors de la nomination de Winston Churchill au poste de Premier Ministre. La situation semble périlleuse, les allemands sont au sommet de leur puissance, et le vieil homme est loin de faire l'unanimité. Là où l'attente du soutient anglais sur la côte normande semblait interminable pour ses soldats, Les heures sombres montre un envers du décors tout aussi tendu. Les jours passent comme une horloge dont on scrute l'aiguille, appréhendant une issue fatale difficilement inévitable. 

3934296

Sans tomber dans le biopic plan-plan, Joe Wright a réussi un film très bien rythmé dans lequel l'adrénaline monte petit à petit. C'est tendu, on angoisse quand Churchill est seul contre tous, on exulte quand il obtient du soutien et fait avancer les choses. L'homme ne lâche jamais le morceau, il est passionnant et c'est compréhensible d'avoir envie de le transformer en personnage de cinéma. Ici, on se cantonne intelligemment aux quelques jours qui auront été un sacré tournant de sa vie et de celle de milliers de britanniques et bien plus encore. Évidemment, ce choix est primordial pour avoir un film intéressant de bout en bout et tenir son spectateur en haleine. 

L'autre choix primordial est celui de l'acteur. Il faut quelqu'un qui n'interprête pas Churchill mais qui le devienne. Gary Oldman a parfaitement rempli sa mission. Même si on l'a souvent retrouvé méconnaissable tout au long de son impressionnante carrière, pour ressembler à Winston Churchill, il n'avait pas qu'une perruque à porter ! C'est tout un attirail de prothèses qu'il aura fallu pour entrer littéralement dans la peau du personnage. Il aura d'ailleurs accepté le rôle après quelques refus compréhensibles lorsqu'il a su que Kazuhiro Tsuji s'occuperait de sa transformation. Le japonais spécialiste des prothèses est une valeur sûre. Son travail est incroyable, associé à un maquillage minutieux, on n'y voit que du feu. Sur les gros plans du visage, le grain de peau semble réel.

5435722

Gary Oldman ne s'efface pourtant pas derrière son personnage. Il le fait revivre. En travaillant ses postures, ses manières de se mouvoir, de s'exprimer, en jouant avec ses quelques accessoires mythiques (chapeau - cigare - montre - lunettes - boite d'allumettes et toujours un verre à la main) on a envie de croire qu'il est identique au vrai. Oldman est pourtant toujours là, son regard si expressif se confond bien avec son personnage malicieux et ses répliques piquantes. On pourrait d'ailleurs penser que McCarten a eu le travail pré-maché par Churchill lui-même tellement il avait le mot vif. Certaines expressions connues se retrouvent dans le film, le contexte certainement idéalisé, mais de manière satisfaisante pour leur donner vie. 

Les heures sombres offre l'un des rôles les plus inattendus qu'ait pu interpréter dans sa carrière Gary Oldman. Il devient sûrement l'un des meilleurs interprètes de Churchill à ce jour. Cet épisode de la Seconde Guerre est définitivement inspirant, le film en garde l'intensité et surprend par son suspense. Peut-être qu'il faudra penser à le revoir en enchaînant avec Dunkerque pour une expérience complète.