Le cinéma des frères Coen manque t-il à Hollywood ? L'intrigue aurait pu se dérouler à Fargo, dont on pense forcément puisqu'on retrouve Frances McDormand à la tête du casting. Martin McDonagh dépeint une histoire sombre teintée à l'humour noir dans l'Amérique profonde, en écho à l'ère Trump, où justice est affaire personnelle, tel un western moderne.

L'intrigue a tout pour plaire : un terrible crime à résoudre, une mère rageuse, une police impuissante, un policier extrémiste, et tout son lot de personnages de loosers comme on les aime pour justifier les situations les plus cocasses. Et pourtant je reste sur ma faim. Est-ce trop caricatural ? Trop extrême ? Je pense surtout ne pas m'être suffisamment attchée aux personnages.

359049

Frances McDormand joue bien, c'est indéniable, mais son personnage est tout de même rapidement insupportable. Elle n'évolue pas suffisamment pour qu'on prenne un réel parti pour Mildred malgré sa situation qui demanderait plus d'empathie.

Tout le monde semble aussi adorer Woody Harrelson en bon chef de police. L'américain modèle, le mari parfait, l'attachant père de famille. Lui est certainement la plus belle caricature du film, le genre de héros américain qu'affectionne particulièrement Clint Eastwood ces derniers temps. Son destin est tellement prévisible qu'on finit par ne pas s'attacher à lui non plus, bien que son rôle de mentor soit primordial !

3047149

Le seul que je retiens vraiment c'est l'intolérable agent Dixon, merveilleusement interprété par Sam Rockwell. Il a droit au personnage le mieux écrit du film. Il a une vraie évolution et on finit par s'intéresser plus à ce looser raciste qu'à la mère éplorée. Bon, son évolution est tellement extrême qu'elle parait bien utopique avec du recul, mais il n'y a pas à dire, c'est bien le personnage le plus captivant du film de Martin McDonagh.

Et l'histoire dans tout ça ? Quelques longueurs font parfois perdre le film alors qu'on nous sert pas mal de rebondissements inattendus. Dès le début on se met dans la tête qu'il faut retrouver l'assassin de la fille de Mildred et puis ça part un peu dans tous les sens jusqu'à un final pas si convaincant.

Pour moi, 3 Billboards, les panneaux de la vengeance n'est pas le succès annoncé. Malgré de l'humour noir bien placé à la sauce des frères Coen, le scénario peine à convaincre. Le seul qui sort son épingle du jeu est Sam Rockwell, qui vole ainsi la vedette à Frances McDormand pourtant parfaite.