cover-lesfillesdudocteurmarch-nathvaaucinema_HD

Après Lady Bird, Greta Gerwig réunit de nouveau Saoirse Ronan et Timothée Chalamet dans l'adaptation du célèbre roman 'Les Quatres Filles du Docteur March'. Sa version apporte une certaine fraîcheur à cette histoire déjà adaptée plusieurs fois au cinéma comme à la télévision, c'est moderne, tendre et féministe juste comme il faut. 

Passer de Lady Bird aux Filles du Docteur March semble être aussi périlleux qu'un grand écart. Et pourtant, on ressent une certaine similitude entre ces deux films, se déroulant à deux époques différentes, mais montrant chacun une jeune femme culottée et déterminée, tenant têtes aux normes établies par la société. L'introduction du film résume de manière ingénieuse, par ce dialogue entre l'éditeur et la jeune écrivaine, ce que la société attend d'une femme pour une histoire convenue. Il n'est pas surprenant que Greta Gerwig réalise l'adaptation du roman de Louisa May Alcott, elle traite intelligemment du féminisme dans son cinéma, sans en faire trop, en étant toujours très juste et subtile.

5676432

Saoirse Ronan illumine le film en étant Jo March, la plus audacieuse des sœurs. Elle dégage une fougue et une énergie visible à l'écran quand Emma Watson et Timothée Chalamet restent dans un registre qu'on connaît, sans surprise, la première à l'allure toujours trop polie, le second impertinent et séducteur. À leurs côtés, on retrouve Florence Pugg (tête d'affiche dans Midsommar et prochainement auprès de Scarlett Johansson dans Black Widow) et Eliza Scanlen qu'on découvre ici, les deux autres sœurs. Laura Dern est quant à elle la mère généreuse, Meryl Streep la tante hautaine qui rappelle Lady Violet dans Downton Abbey et Louis Garrel incarne Friedrich Bhaer, celui qui encourage Jo March à être encore meilleure.

Les quatre sœurs incarnent quatre profils différents, toutes créatives. Jo est celle en quête de liberté aux antipodes de ce que la société attend d'une femme, elle est prête à tout pour vivre de sa passion, l'écriture. Meg est l'amoureuse, elle choisit de se marier par sentiment et non par profit et n'osera pas développer ses talents d'actrice, contrairement à Amy qui cherche le bon parti pour vivre dans la richesse et la haute société tout en essayant d'améliorer ses talents de peintre. Et enfin la timide Beth, musicienne talentueuse, est la douceur incarnée encore trop jeune pour penser à son avenir.

1824681

Les décors et costumes sont somptueux, l'univers visuel créé est un délice pour les yeux. On se retrouve dans un cadre chaleureux mais peut-être un peu trop propre. Tout est parfait chez les March, les menaces de pauvretés ou de maladie sont comme repoussés par cette bienveillance toujours présente, même si le drame n'est jamais loin et reste touchant par l'interprétation habitée des actrices. Leurs moments d'alégresse, comme leur pièce de théâtre maison, est un petit plaisir à regarder. La mise en scène est dynamique, on ne s'ennuie pas même si on connaît l'histoire alors que le film dure plus de deux heures.

Les Filles du Docteur March montre un féminisme optimiste, sans compétition, résolument moderne à une époque qui ne l'est pas. Jo est un personnage qui veut vivre ses rêves et qui s'en donne les moyens, nourrie par sa générosité, son impertinence et son audace. Elle est une héroïne nécessaire qui redonne confiance en soi dans une atmosphère peut-être un peu trop sereine mais d'un bonheur appréciable. Le prochain projet de Greta Gerwig s'annonce encore surprenant puisqu'elle va donner vie à Barbie sous les traits de Margot Robbie au physique parfait pour le rôle ! Affaire à suivre...