Présenté lors du dernier Festival de Deauville, Skin n'a malheureusement pas eu le droit à une sortie dans les salles françaises. Sujet qui dérange ? Trop violent ? Trop réaliste ? Skin est pourtant l'histoire vraie de la rédemption d'un néo-nazi américain, superbement interprété par Jamie Bell. C'est donc en DVD, Blu-Ray et VOD, grâce à l'éditeur Lonesome Bear, qu'il nous est possible de découvrir le film de Guy Nattiv, réalisateur israélien parti à la conquête d'Hollywood.

Skin, c'est d'abord un court métrage récompensé aux Oscars en ce début d'année qui a permis à Guy Nattiv de réaliser un long en approfondissant son sujet délicat. Il aborde le racisme via un groupe de néo-nazis américains dans ses deux versions dont le long métrage qui n'est ni un remake du court, ni une version rallongée. Bien que portant le même titre, chacun de ces films a sa propre histoire, le premier est une confrontation brutale entre des Blancs et des Noirs à l'issue fatale inattendue, le second va plus loin en racontant l'histoire vraie de Bryon Widner, un néo-nazi, qui par amour fera tout pour fuir et effacer sa haine gravée dans la peau. Le court métrage est en bonus du DVD, il est fortement recommandé de le regarder, les deux films se font écho et dégagent une force différente mais complémentaire. 

skin-3635594

Le propos est violent, l'écriture est subtile pour toujours donner à ressentir une crainte de danger. Le montage fait ressentir une certaine fébrilité, les images brèves des séances de "détatouage" viennent morceler la narration comme des coups d'electrochoc. Jamie Bell joue juste, l'évolution de son personnage qu'on découvre détestable au début, se nuance petit à petit pour qu'on ressente une réelle empathie et surtout comprendre comment il est arrivé dans cette communauté et ce qui le motive à enfin la quitter. Physiquement il s'est transformé en brute, mais derrière sa carapace tatouée, il sait faire apparaître dans son regard une douceur inattendue. Danielle Macdonald, Vera Farmiga et Bill Camp notamment lui donnent la réplique, tout le casting est par ailleurs formidable. 
 
C'est vraiment intéressant de voir comment Guy Nattiv arrive à diversifier son sujet. Il montre une violence brute par les propos de ses personnages et les actions immorales organisées par le groupe. Alors que le court métrage va à l'essentiel, le long est plus complexe, plus psychologique et montre de manière effarante que le groupe néo-nazi ressemble plus à une secte qu'à une communauté aux convictions politiques affirmées. Sans raconter la même histoire, le titre Skin convient parfaitement aux deux films. Le court présente une confrontation entre Blancs et Noirs, la couleur de la peau est littéralement le sujet du film. Le long fait plutôt référence aux tatouages du personnage principal mais aussi à ceux de sa communauté, ils sont tous marqués. Mieux, le tatouage est une des premières étapes de leur intégration. Mais Bryon veut se défaire de cette vie et doit effacer ses tatouages, telle une lente et douloureuse mue pour trouver enfin la paix et la rédemption. 

Skin en DVD, Blu-Ray et VOD depuis le 3 décembre. Édité par Lonesome Bear dont vous pouvez suivre l'actulaité sur son site.