cover-ledaim-nathvaaucinema_HD

On n'arrête plus Quentin Dupieux ! Alors qu'il vient de terminer le tournage de Mandibules son prochain long métrage, Le Daim débarque en DVD, six mois après avoir ouvert la compétition de la Quinzaine des réalisateurs à Cannes. En 2010, il nous présentait un pneu tueur dans Rubber, aujourd'hui c'est une veste en daim qui envoûte Georges, magistralement interprété par Jean Dujardin. Encore une bonne comédie absurde qui vire vers le gore dont seul Dupieux sait divinement composer ce surréalisme lattant.

Absurde, pas complètement. L'ambiance créée navigue entre le réel et le surréalisme toujours sur le fil pour vite devenir inquiétante mais tout aussi hilarante. L'ouverture du film donne le ton, pose le thème : le blouson. C'est très mystérieux. On comprendra cette scène plus tard. Avant cela on découvre Jean Dujardin, perplexe au volant de sa voiture, abandonnant sa veste dans des toilettes d'autoroute. Un homme qui change de vie, déterminé mais à l'air pourtant paumé, on ne sait pas si on saisit bien ce qu'il se passe jusqu'à ce qu'il rencontre cette veste en daim. On est témoin d'un coup de foudre entre un homme et un vêtement. Tout à coup il forme un duo fort avec la veste, l'acteur interprétant à la fois George et le blouson de manière assez impressionnante tellement cela fonctionne sans jamais être ridicule.

3190243

On est en plein milieu des Pyrénées, dans un village perdu et peu peuplé. Il y rencontre Denise, interprétée par Adèle Haenel, fascinée par cet homme. Elle aussi semble magnétisée par ce duo étrange. On ne les arrêtera plus. Georges se prend pour un réalisateur et se filme, ou plutôt filme sa veste, et tout va vite s'emballer. Les images que vous verrez dans le camescope de Georges ont vraiment été filmées par Jean Dujardin, tel que son personnage l'aurait fait. Dupieux a fait confiance à son acteur et ça fonctionne. 

On rit et pourtant le délire part loin. On se retrouve rapidement dans une comédie gore sans retenue. La musique vient appuyer ce climat inquiétant. On reste à tout instant avide de voir jusqu'où tout ce délire peut aller. Les rebondissements sont surprenants, la fin est une apothéose qui laisse en plus une libre interprétation possible. Le réalisateur a eu l'intelligence de ne garder que l'essentiel, le film étant assez court, 1h17. Ainsi le rythme ne s'essouffle jamais, la fascination pour cet homme fou amoureux de sa veste est inévitable, tout comme le comportement d'Adèle Haenel qui évolue vers un autre type de folie tout aussi captivant. C'est du Dupieux, c'est fantastique.


Le Daim en DVD, Blu-Ray et VOD depuis le 5 novembre. Édité par Diaphana Edition Video dont vous pouvez suivre l'actulaité sur son site et sa page Facebook.


Retrouvez sur Cinetrafic les séries les plus plébiscitées ainsi que les plus beaux films selon le public.