cover-lescrimesdegrindelwald-nathvaaucinema

 Quand on pense que c'est en 2001 qu'on a découvert Harry Potter au cinéma et que la magie opère toujours aujourd'hui, tout ça c'est grâce à l'imagination infinie de J. K. Rowling ! Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald débarquent en DVD, Blu-ray et VOD, un peu plus de quatre mois après sa sortie au cinéma. L'occasion pour moi de visionner plus posément ce deuxième opus qui m'avait encore une fois émerveillé à sa découverte sur grand écran, mais ouvrant tellement de nouvelles perspectives et interrogations que j'avais eu du mal à écrire à son propos à ce moment-là. J'ai le plaisir de retrouver Nobert Dragonneau et sa fascinante valise avec la version longue proposée en Blu-ray.

Après ses premières aventures à New York, Norbert Dragonneau est maintenant interdit de sortie de territoire alors que Grindelwald a réussi une évasion spectaculaire - l'ouverture du film en est haletante - afin de tenter de retrouver le jeune Croyance. Alors qu'on a plaisir à retrouver les principaux personnages du premier film, c'est avec une certaine curiosité qu'on s'amuse à découvrir le jeune Dumbledore, campé par un Jude Law inspiré et très crédible. Il sait retrouver son humanité, son regard pétillant et une certaine malicieuse insolence si particulière au personnage. Mais c'est surtout la révélation de sa relation avec Grindelwald qui vient bouleverser la donne, laissant bon train aux spéculations quant aux suites (trois autres films sont prévus avant de conclure la saga).

5089304

Quand on aime l'univers fabuleux créé par J. K. Rowling, on ne compte pas. C'est certainement le cas de David Yates qui en est à sa sixième réalisation depuis L'Ordre du Phénix. Sans jamais se répéter, il offre une extension merveilleuse et toujours surprenante à l'univers d'Harry Potter. Ses équipes de décoration, costumes et effets spéciaux ne cessent de se renouveler pour proposer des innovations visuelles tout en exploitant des codes bien connus. Ce n'est sans un certain émerveillement qu'on découvre Paris. Étrangement, on a l'impression de connaître le lieu et pourtant tout sort de l'imagination de ses créateurs. Inspiré en particulier par l'Art Nouveau et très bien documenté sur le Paris des années 20, le nouveau quartier créé est splendide jusqu'au moindre détail. Pour découvrir le travail méticuleux et titanesque des décorateurs, un bonus généreux est proposé sur le Blu-ray, c'est passionnant et impressionnant.

Il faut avouer que la version longue n'apporte pas grand chose à la version cinéma mais on accepte tout de même avec plaisir les huit petites minutes supplémentaires. Dans le coffret Blu-ray qui contient deux disques, l'un d'eux est consacré exclusivement à cette version longue. David Yates y présente d'ailleurs une courte introduction appréciable annonçant le choix d'avoir volontairement supprimé quelques scènes pour le cinéma. Pendant le film, un panneau marque les scènes rajoutées. L'une d'elles aurait d'ailleurs permis de couper court au débat concernant le professeur McGonagall, ou du moins l'aurait dirigé différemment. Dans l'autre disque, parmi les nombreux bonus tous intéressants, on peut aussi découvrir d'autres scènes coupées (on en veut toujours plus, avouons-le !)

3773715

Lorsque j'au vu Les Crimes de Grindelwald au cinéma, la quantité d'informations et de rebondissements était telle qu'il était difficile d'y voir clair. Beaucoup de questions sont soulevées. Cette nouvelle lecture m'a permis d'apprécier les nombreux détails visuels et de mieux déceler des indices disséminés dans cette histoire qui s'annonce complexe. L'aveu de la fin est à mon avis à prendre avec des pincettes. Grindelwald se révèle être un grand manipulateur, il en est même bien plus effrayant que Voldemort qui était le mal à l'état pur, lui est bien plus perfide, on ne sait pas et on appréhende même jusqu'où il est capable d'aller. C'est donc avec une certaine impatience que j'attends sa confrontation avec Dumbledore.

On ne peut pas parler de Grindelwald sans évoquer son interprète Johnny Depp. A la découverte de son vrai visage sur les ultimes minutes du premier film, une partie du public était choquée par ce choix de casting, à cause des actualités sur la vie privée de l'acteur. Pourtant Johnny Depp est tout simplement parfait en Grindelwald. Pour la plupart de ses rôles ces dernières années (depuis le premier Pirate des Caraïbes), son jeu tournait en particulier sur des mimiques, une gestuelle exagérée, il commençait à lasser. Grindelwald possède certes un look particulier, mais il a un caractère beaucoup plus posé et demande un jeu subtil qu'il est plaisant à voir après une overdose de Jack Sparrow et assimilés. Johnny Depp retrouve tout son charisme et effraie sur un simple regard, surtout quand on prend conscience de l'idéologie qu'il expose, en écho des partis nazis et fascistes émergeants de l'époque. 

2831530

Le troisième film sera de nouveau réalisé par David Yates mais il faudra certainement être un peu plus patient avant la confrontation Dumbledore/Grindelwald. En attendant, on peut revoir encore et encore les deux premiers opus à l'affut du moindre indice. En tout cas, tout comme Ezra Miller dans un bonus amusant du Blu-ray (en compagnie d'Evanna Lynch qui n'est autre que Luna Lovegood dans Harry Potter) je me demande où peut bien se trouver le vrai Percival Graves (Colin Farrell) qu'il serait étonnant de ne pas retrouver prochainement...


Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald est à découvrir en DVD, Blu-Ray, Blu-Ray 3D, 4K UHD et VOD depuis le 25 mars, et en Achat digital depuis le 14 mars (avec une Version longue disponible sur les éditions Blu-Ray et en Achat digital). Édité par Warner Bros. France dont vous pouvez suivre toute l'actualité sur son site et sa page Facebook.


Rendez-vous sur Cinetrafic pour retrouver une sélection de films vus et aimés par beaucoup de gens ainsi que les blockbusters de l'an dernier.