Les Golden Globes ont été attribués, et Green Book s'est vu couronné trois fois ! Meilleure comédie ou comédie musicale, meilleur scénario signé Nick Vallelonga, Brian Hayes Currie et Peter Farrelly ainsi que meilleur acteur dans un second rôle pour Mahershala Ali. La catégorie comédie est par contre très discutable, Green Book est plutôt une comédie dramatique teintée d'humour naturel bien placé, et pour cette subtilité le scénario mérite pleinement sa récompense ! 

Peter Farrelly est connu pour des comédies potaches comme Dumb et Dumber, Marie à tout prix, Fous d'Irène ou encore Bon à tirer. Dans Green Book, il aborde un sujet plus sérieux mais avec la légèreté nécessaire pour ne pas tomber dans le drame pur. Le scénario approche la perfection grâce à ses fabuleux dialogues et au traitement de ses deux personnages, inspiré d'une étonnante histoire vraie datant du début des années 60 confrontant deux mondes opposés tel un clash des cultures.

1171710

Tony, un videur italo-américain, accepte de devenir le chauffeur d'un talentueux pianiste le temps d'une tournée dans le sud du pays. Le plan serait une partie de plaisir si cet artiste, Don Shirley, n'était pas noir à l'époque de la ségrégation. Tony devra s'accommoder du "Green Book" pour éviter à son patron toutes formes d'humiliations durant leur long trajet. On découvre le pouvoir de la bienveillance et de la tolérance face à ses deux hommes que tout oppose, pourtant à l'écoute l'un de l'autre, curieux aussi. La haine raciale que doit malgré tout subir l'artiste se voit balayée par la force de leurs caractères respectifs.

Le duo Viggo Mortensen / Mahershala Ali est simplement parfait. Le premier pourrait paraître grossier en surjouant le côté italien de son personnage mais les dialogues sont extrêmement bien écrits et font passer chacune de ses expressions de manière naturelle. Mortensen rend son personnage touchant et charmant par son côté bon vivant, même s'il est très avenant, culotté et surtout très bavard. Le second s'impose par son élégance et un charisme indispensable à son personnage. Mahershala Ali joue aussi de beaucoup de mystère prenant le temps de faire découvrir les différentes facettes de son personnage. Il est très plaisant de les écouter débattre de clichés sur leurs communautés et voir leurs opinions évoluer tout au long de ce voyage.

0586667

Évidemment, il est question de racisme. Mais on découvre différents regards au sein de cette société américaine si différente d'un État à l'autre. On navigue entre ouverture et étroitesse d'esprit. Don Shirley vit à New York tel un prince, il fait partie d'une élite intellectuelle au sein de laquelle toutes les portes lui sont ouvertes. Pour Tony, il est un au premier abord un portefeuille généreux, la couleur de sa peau lui vaut quelques clichés telles de mauvaises blagues bon enfant. Ça, c'est la partie qui fait sourire, car dans le sud c'est une tout autre histoire qui se présente et la réalité sur la condition des Noirs est bien plus dure à digérer comme le montre certaines scènes bouleversantes.

Évidemment, l'aspect road-movie pousse les personnages à la confession. L'histoire étant adaptée de faits réels et de souvenirs des vrais Tony et Don Shirley, elle est certainement nourrie d'anecdotes réelles. Peter Farrelly en a gardé l'humour et le bon mot comme il a toujours su traiter l'humour mais avec beaucoup plus de subtilités qu'à ce que ses précédents films nous avaient habitués. Ce film sonne constamment juste et est plaisant à découvrir. On en sort le sourire aux lèvres devant tant de bonté.

0544479

Green Book reste un film très joyeux et vivant malgré quelques scènes poignantes à la dureté indispensable pour ne pas oublier le cruauté de cette époque. Le thème abordé est tout de même complexe mais le scénario le traite très intelligemment pour n'en retenir qu'un discours positif. On appréciera la musique de Kristopher Bowers et surtout la qualité des dialogues. Le film est à découvrir au cinéma dès le 23 janvier.