Remake du film culte de Franklin J. Schaffner, ce Papillon réalisé par Michael Noer peine à surprendre. Dans les rôles titres tenus initialement par Steve McQueen et Dustin Hoffman, on retrouve Charlie Hunnam (Sons of Anarchy, The Lost City of Z) et Rami Malek (Mister Robot, Bohemian Rapsody). Le scénario de Aaron Guzikowski s'inspire des écrits du vrai bagnard français Henri Charrière, dit "Papillon", ce qui a tout de suite plu à Noer ayant déjà développé la thématique des prisons dans son film R en 2010. La vision de cet homme incarcéré en enfer alors qu'il est innocent, et sa conviction qu'il peut s'en échapper est en effet frappante.

 
Le sujet principal est l'injustice. Charrière était peut-être un voyou, mais il a été arrêté et envoyé en prison pour un crime qu'il n'a pas commis. Sa seule volonté à partir de là est de s'évader pour retrouver Paris. Son calvaire a duré des années, dont sept ans en isolement, néanmoins la notion du temps est assez mal retranscrite, surtout sur ce dernier point. On a en effet une perte de repères, comme les prisonniers, tout en ayant l'impression que tout cela se passe trop vite. Le point qui retient l'attention sera cette envie d'évasion et le peu de moyens pour y parvenir. 

3739078

Il est tout de même assez plaisant de (re)découvrir cette histoire peu traitée au cinéma, toutefois cette version ne fera pas oublier celle très réussie de Schaffner sortie en 1973. On se retrouve dans des décors reconstitués de manière impressionnante, en Europe de l'Est et Malte, recréant cette prison située en pleine forêt tropicale de la Guyane française, et notamment la surprenante Île du diable. Le travail accompli est bluffant, on ne peut que saluer l'exactitude de cette reconstitution visuelle.
 
On suit les tentatives d'évasion avec curiosité et un peu d'anxiété tout en ressentant un manque de rythme plombant. Le temps semble très long, alors que contradictoirement les liens entre les personnages se tissent un peu trop vite. L'ambiance exotique est plutôt bien retranscrite, mais le scénario dans son ensemble manque d'originalité et surtout aurait pu mieux souligner la cruauté de la prison une fois les détenus arrivés à Cayenne. Certes, plusieurs passages sont durs, du travail forcé à la zone d'isolation, cependant l'ennui des prisonniers est plus visible que leur souffrance. Les scènes d'action assument pourtant leur violence. La mise en scène jongle entre courts instants audacieux et longs moments routiniers, la curiosité a du mal s'imposer. 

5738435

Le film n'est pas à la hauteur de l'investissement physique et mental de Charlie Hunnam. Il a perdu jusqu'à 15 kg pour avoir l'allure du bagnard sous-nourri, et est même allé jusqu'à s'isoler en cellule durant cinq jours, sans parler, ni boire, ni manger, à l'image de ce qu'a réellement vécu Henri Charrère. Mis à part sa maigreur visible, le reste de son engagement personnel n'est malheureusement pas très flagrant à l'écran. Il reste quelqu'un à l'allure vive et déterminée, quels que soit les supplices qu'il subit et leurs conséquences.
 
L'idée du remake n'est pas nouvelle, aussi les productions hollywoodiennes misent beaucoup en ce moment sur ceux de films cultes. Etait-il nécessaire de dépoussiérer Papillon pourtant déjà si bien porté par Steve McQueen et Dustin Hoffman ? En tout cas, cette version du réalisateur danois, même s'il aborde son sujet un peu différemment ne marquera pas les esprits.

Découvrez Papillon en DVD, Blu-Ray et VOD depuis le 15 décembre. Édité par Metropolitan Filmexport dont vous pouvez suivre l'actualité sur son site et sa page Facebook.

Papillon peut-il figurer parmi les meilleurs films de l'année ? Avant le bilan 2018, retour sur tous les films de 2017.