Avant de se lancer dans un format long, Christopher Radcliff et Lauren Wolkstein ont réalisé un court métrage, Deux Inconnus, qui constituait déjà le noyau de The Strange Ones. Ce premier long métrage s'est fait remarquer dans plusieurs festivals, dont le Festival South by Southwest en 2017 où le jeune acteur James Freedson-Jackson a remporté à juste titre le prix de la meilleure révélation, ainsi que le Festival des Champs-Elysées où le film a obtenu le prix du jury. The Strange Ones interpelle par son côté sombre, ses mystères et la libre interprétation permanente qu'il propose au spectateur. 

La réalisation est maîtrisée autant dans la mise en scène, l'esthétique des cadrages et de la photographie, ce qui n'est pas rien pour un premier long métrage. Le scénario est intelligent, dévoilant des indices petit à petit qui viennent brouiller ce qu'on pensait avoir compris. On nous présente Sam (James Freedson-Jackson) et Nick (Alex Pettyfer) comme deux frères en route pour aller camper. Mais leur comportement évoque tout autre chose, sans trop savoir vraiment quoi. Fuient-ils ? Est-ce un kidnapping ? Sont-ils en danger ? Le film répondra petit à petit à ces questionnements sans jamais vraiment dévoiler l'entière vérité. On se fera sa propre opinion par rapport à son ressenti global. Cela frustrera peut-être certains spectateurs mais en réjouiront d'autres. 

0896465

Le road trip commence pourtant de manière convenue : les grandes routes américaines avec ses arrêts dans des stations services paumées, l'un qui s'achète des lunettes de soleil cool quand l'autre rempli le réservoir... Heureusement l'ambiance louche brouille la sensation de déjà vu, quelques plans suggèrent qu'il s'est passé quelque chose et on veut savoir quoi. Très vite, exit l'ambiance road trip, on se met à scruter la relation entre les deux garçons pour tenter de découvrir qui ils sont vraiment. Puis il y a cette scène du motel qui est le tournant de l'histoire et qui confirme cette sorte de fébrilité présente depuis le début. Ce passage est d'ailleurs le point de départ de tout ce film, il était surtout le sujet du court métrage, visible en bonus du DVD. 

L'ambiance est envoûtante, d'abord par sa musique composée par Robert Lowry, puis par les paysages dans lesquels on nous amène. La clarté du jour fait face à la noirceur de l'histoire. Le duo entre James Freedson-Jackson et Alex Pettyfer fonctionne à merveille, et on a plaisir à découvrir ce dernier dans un rôle plus sensible et retenu qu'à l'accoutumée (il a notamment joué dans Magic Mike et Numéro 4). Mais le jeune garçon est le plus éblouissant, interprétant ce rôle complexe avec beaucoup d'intelligence et de maturité, il rend son personnage intimidant. 

0782400

Le duo de réalisateurs a réussi à écrire une histoire qui tient en haleine du début à la fin, en jouant avec les nerfs du spectateur avide de découvrir la vérité. Il le rendra aussi mal à l'aise, car les thèmes sous-jacents sont le meurtre et la pédophilie mais surtout parce qu'il n'en ressortira jamais aucune certitudes par rapport à cela. Pour un premier film et peu de budget, c'est très réussi. Quand on aime les énigmes, on prend plaisir à tenter de reconstituer ce puzzle auquel il manquera indéniablement quelques pièces qu'il faudra imaginer.

Retrouvez The Strange Ones en DVD, Blu Ray et VOD depuis le 20 novembre, édité par Epicentre Films.