N'ayant pas eu l'occasion de découvrir La Ch'tite famille au cinéma en février dernier, accueillie chaleureusement par le public me semble t-il, je me laisse tenter par l'opportunité de voir la dernière comédie de Dany Boon, sortie en DVD, Blu-Ray, VOD et achat digital depuis le 30 juin 2018. J'avais bien aimé Bienvenue chez les Ch'tis dix ans plus tôt, comédie qui avait donné à Dany Boon toute sa notoriété. Depuis, il a réalisé Rien à déclarer, Supercondriaque, RAID dingue, comédies populaires qui ont fidélisé son public, et je me surprends à n'en avoir vu aucunes. Présenté comme le "film le plus personnel" de Dany Boon (La voix du Nord) ou encore comme "irrésistible et plein de tendresse" (RTL), je dois avouer que je reste sur ma faim et ne retrouve pas le mordant et la vivacité découverte dix ans plus tôt.

Malgré un casting prestigieux, La Ch'tite famille peine à distraire. Dany Boon réunit Line Renaud, Valérie Bonneton, Guy Lecluyse et Pierre Richard pour se créer une bonne petite famille ch'tie, tout en ayant à ses côtés Laurence Arné, avec qui il a déjà joué dans Radin!, et François Berléand côté parisien. La faute à un scénario mal rythmé et jouant trop sur les extrêmes et les clichés. Beaucoup de gags sont lourds, qu'ils soient à répétition ou de situation, les jeux de mots souvent trop appuyés. Le film en patit et peine à faire réellement rire. On sourit d'un humour qu'on connaît, qui semble parfois réchauffé, mais rien ne surprend.

4403027

D'un côté il y a Valentin et sa compagne Constance, célèbres designers au sommet de leur art, naviguant aisément dans le monde du luxe. Ils sont la caricature du bobo parisien, à première vue insupportables dans leur manière de se sentir supérieurs aux autres. Valentin renie ses origines du Nord et se fait passer pour un orphelin, sans quoi il n'aurait pu s'intégrer dans cette société mondaine, soit disant. De l'autre, on retrouve la petite famille ch'tie perdue au milieu de sa campagne, vivant entassée dans un bungalow, au parlé bien évidemment très local, avec forcément une enfant qui semble la seule lueur d'intelligence présente, mais qui doit assumer le prénom de Britney. Toujours en plein dans la caricature. Forcément, la rencontre entre les deux groupes va créer un choc des cultures... Caricature, quand tu nous tiens...

Quand on ressent le besoin de regarder la barre de durée du film, cela n'annonce rien de bon. Et quand j'ai compris que je n'avais vu qu'une petite demi-heure et qu'il restait encore une grosse heure, j'ai pris sur moi et je suis allée au bout de cette comédie qui manque grandement de vrais rebondissements (car des rebondissements il y en a, mais on les voit venir à des kilomètres) et d'un poil de suspense. La mise en place de l'intrigue arrive bien tard, il faut bien une quarantaine de minutes avant d'entrer dans le vif du sujet. Avant ça, on nous sert à grande louche une série de gags critiquant les objets designs souvent beaux mais pas toujours confortables et en parallèle, toujours avec peu de finesse, les maladresses des provinciaux qui débarquent dans la capitale.  

4885239

Le personnage de Berléand (père de Constance) est tout ce qu'il y a de prévisible. Pierre Richard (père de Valentin) joue du Pierre Richard, du Grand Blond à foison, du maladroit en voici en voilà, ou quand Pierre Richard s'auto-parodie. Je ne connais pas l'accent ch'ti mais ici il semble forcé par tous ceux qui le pratiquent. Le couple Bonneton-Lecluyse s'en retrouve encore moins fins dans leurs dialogues aux jeux de mots très marqués, comme une blague avec un gros clin d'œil. Et puis Dany Boon, il navigue entre le comique et le sensible. Au début, il joue à fond l'air hautain avant de passer à l'innocence dans laquelle tombe son personnage et retrouver son fidèle accent ch'ti, et c'est dans ce registre qu'on l'attend finalement, sans en tirer le plaisir souhaité. 

Celle qui illumine le film est indéniablement Laurence Arné. Elle est la seule qui joue juste, sans en faire trop. Son personnage est extrêmement bien écrit pour une évolution subtile et pleine de surprises. Elle apporte de l'humour mais aussi de l'émotion à des moments parfois surprenants. Sa transformation est visible et apporte une vraie fraicheur au film qui sans elle se serait empêtré dans une série de blagues lourdes et attendues.

4968052

Sans grande surprise, je peine à être convaincue par La Ch'tite famille qui comblera pourtant un public nombreux, certainement moins exigeant que moi. Même si l'esthétique de l'image est léchée, très belle photographie et générique d'ouverture très travaillé, cette comédie n'aura pas accompli son rôle de faire rire pleinement et manquera de surprises. Cela ressemble plus à une suite sans saveur de Bienvenue chez les Ch'tis, qu'à un film original. Le drame est d'ailleurs beaucoup plus présent, car au fond le film explore le thème des racines familiales, la recherche de soi. On frôle aussi la comédie sentimentale, et cette facette aurait pu être développée pour une meilleure mise en valeur, car c'est ce qui fonctionne le mieux et amène à la fois beaucoup de tendresse et des pointes d'humour plus subtiles et bien amenées par le duo Boon-Arné. Peut-être que Dany Boon a livré beaucoup de choses personnelles, mais il ne m'aura pas touché cette fois-ci.

Côté bonus du DVD, vous pouvez retrouver un bêtisier ainsi que des scènes coupées. Ces dernières n'auraient en effet pas apporté grand chose au film tel qu'il a été monté, mais c'est toujours intéressant de voir les aspects de l'histoire qui ont été exploités au tournage mais pas forcément utiles pour être intégrés au montage final.


Découvrez La Ch'tite famille en DVD, Blu-Ray, VOD et achat digital depuis le 30 juin 2018, édité par Pathé Distribution, dont vous pouvez suivre toute l'actualité sur son site et sa page Facebook.


 Rendez-vous sur Cinetrafic avec :

- le top des comédies de l'année dernière