En plein contexte de la crise des migrants en Europe, je découvre avec la plus grande attention Adieu Mandalay qui se penche sur la motivation de deux jeunes birmans quittant leur pays pour tenter leur chance en Thaïlande. Quel que soit le pays ou l'origine des personnages, ce sujet est universel. Le jeune cinéaste Midi Z s'est inspiré de faits réels et de l'expérience de certains de ses proches pour écrire cette histoire.

Le début du film est assez lent mais amène le spectateur dans la dure réalité des travailleurs clandestins. La réalisation a un aspect documentaire par la composition très simple des plans, souvent fixes, ce qui invite à l'observation et au constat. Dans la subtilité d'une narration calme, typique des films asiatiques, on ressent toute l'amertume et la colère qui se cache derrière cette histoire. Quand Liangqing est prête à tout pour obtenir des papiers thaïlandais, Guo n'attend qu'une chose, gagner assez d'argent pour revenir s'installer en Birmanie. On comprend vite que les sentiments qu'ils ressentent l'un pour l'autre ne sont pas compatibles avec leurs projets d'avenir. Cependant, ils se soutiennent face à tous les abus dont ils peuvent être victime. Cette solidarité s'étant dans toute leur communauté.

180603

Ainsi, Midi Z met en lumière de manière simple et brute tous les problèmes liés à l'immigration clandestine : corruption de fonctionnaires, profits à tous les étages pour faire miroiter des promesses qui n'arrivent souvent jamais, l'abus de chefs d'entreprises pratiquant facilement l'intimidation face à des employés impuissants, des conditions de vie humiliantes, et bien sûr la fuite permanente pour échapper à des contrôles d'identité, rester cacher.

On peut avoir du mal à entrer dans l'histoire, mais il faut insister pour en découvrir avec surprise son dénouement. Le début est assez long jusqu'à ce que les personnages commencent à travailler. De là, leur vie est monotone et de temps en temps ponctuée de leurs actions pour avancer dans l'obtention de papiers officiels, des tentatives de reconnaissances, mais cela reste long, fastidieux et désarment, même si on ressent pour eux beaucoup de peine. 

Adieu-mandalay-1

Puis, le dernier quart du film bascule dans un aspect inattendu et offre des scènes intenses. La fin paraît presque choquante par rapport à une certaine violence montrée soudainement de manière crue. Tout ce qu'on venait de voir cachait tout aspect de violence, on se rend compte qu'on nous avait pourtant donné quelques indices qui pouvaient faire penser que tout pouvait basculer à tout moment. Pour comprendre, voire digérer, ce dénouement, il est conseillé de regarder l'interview du réalisateur en bonus du DVD. Il explique d'où vient l'idée de son scénario, comme son sentiment face à l'immigration.

Retrouvez Adieu Mandalay en DVD (sorti le 13 septembre 2017), édité par Arte. Voir toute l'actualité d'Arte sur son site et sa page Facebook.

- les films annoncés pour l'an prochain
découvrez également les meilleurs films d'animation sortis cette année