Les histoires de grossesses inspirent souvent au cinéma. Pour son premier long-métrage, Nadège Loiseau explore le thème en ayant eu l'idée du "locataire" lorsqu'elle attendait son premier enfant. Mais rien à voir avec sa propre histoire. Dans Le Petit Locataire, Nicole, brillamment interprétée par Karin Viard, apprend qu'elle est enceinte alors qu'elle a 49 ans. Bonne nouvelle ? Désastre ? En s'affichant avec une étiquette de comédie, ce film est en fait un petit drame.

Nicole est une mère dévouée mais surmenée. A côté de son boulot pénible au péage, chez elle c'est la folie. Son mari, Jean-Pierre, se plaît au chômage et passe ses journées au gymnase à rêver d'une victoire pour son équipe, autant dire qu'il n'aide pas beaucoup à la maison. Sa mère n'est plus autonome alors elle vit avec eux et Nicole s'en occupe comme une vraie aide à domicile. Ses enfants, n'en parlons pas. Vincent est officier de la Marine Nationale dans un sous-marin, donc souvent absent. Arielle est ingérable et immature, elle profite d'avoir tout ce petit monde pour s'occuper de sa propre fille, la petite Zoé, et faire sa vie comme bon lui semble en fuyant son rôle de mère. Heureusement que Toussaint, l'ami de la famille, vient donner des coups de main ! Ce train-train quotidien va être totalement bouleversé lorsque Nicole apprend qu'elle est de nouveau enceinte, à 49 ans. Déboussolée, elle ne sait pas bien où cette grossesse pourra bien la mener...

552679

Nadège Loiseau s'est d'abord entraînée à l'écriture d'un scénario et à la réalisation en se concentrant sur un court-métrage. Il s'agit de la même histoire et on peut le visionner dans les bonus du DVD. Puis, elle s'est lancé dans le grand bain en le transformant en long-métrage. On sent qu'elle aime les univers colorés, elle le confirme d'ailleurs dans un autre bonus, une petite interview d'elle qui parle de l'origine du film et ses influences. Elle évoque d'ailleurs Jacques Tati et Jacques Demy comme ses influences. Au début du film on penserait bien s'immerger dans ce genre d'univers, un peu rêveur, un peu gaffeur et pourquoi pas burlesque. Mais toutes ces couleurs acidulées et les quelques passages drôles ne sont qu'une façade qui cachent un vrai drame.

Il faut avouer que le casting est vraiment très bien choisi. La réalisatrice a eu de la chance de pouvoir les réunir. Karin Viard est comme toujours très crédible et fait passer beaucoup d'émotion, elle est vraie, sincère et si vivante. A côté d'elle, on a aussi le plaisir de découvrir Philippe Rebbot dans un rôle un peu plus étoffé que ceux dans lesquels on le connaît d'habitude. Il est parfait pour jouer l'homme dépassé par sa vie et bloqué dans un rêve du passé. La plus surprenante est peut-être Hélène Vincent qui a du se vieillir pour devenir Maminette. Elle est à la fois touchante et amusante. Manon Kneusé agace un peu en fille impertinente, mais c'est le rôle qui veut ça donc c'est très bien. 

014356

Mais voilà, alors qu'on pense se plonger dans une gentille comédie avec ces couleurs et sa musique pétillante, on se retrouve empêtré dans un drame familial. On rit rarement au final, bien que certaines situations amusent tout de même. Nicole essaie de garder le sourire et de trouver quelques échappatoires légères pour s'évader d'un quotidien trop pesant, mais au fond elle doit supporter un gros mal-être, et ceux de ses proches. Il y a aussi tout un tas de questions sur le rôle d'une mère qui surgissent, puisque Nicole se rend compte qu'elle a loupé pas mal de choses avec ses enfants, et celui qui s'annonce arrive bien tard pour que tout aille bien. Mais s'il n'y avait que ça, c'est un peu l'effet boule de neige qui arrive, un malheur n'arrive pas seul...

Même si Le Petit Locataire est au fond attendrissant, il est plus triste que drôle dans son ensemble, dommage pour une comédie. On est plus touché par ce qui arrive à cette famille qui est heureusement assez bien entourée et soudée. Pourtant, on est vite emporté par l'empathie, le lot de petits malheurs qui s'accumulent plombe un peu l'ambiance et le temps commence à passer moins vite sur une deuxième partie qui manque de rythme. Ce premier film est tout de même réussi dans sa réalisation et dépeint un joli portrait de famille.

Retrouvez Le Petit Locataire en DVD (sorti le 21 mars 2017), édité par Diaphana.

des films de baston à voir sur Cinetrafic
des films à découvrir traitant de la danse