Après avoir fait ses preuves dans le drame et le policier, Guillaume Canet s'attaque à la pure comédie. Avec Rock'n Roll, il va loin, très loin, se fait plaisir en réunissant tous ses potes pour créer une histoire qui entremêle un peu de réalité et beaucoup de fiction. Il s'inspire de sa propre vie, joue avec son image soit disant ringarde pour emmener les spectateurs dans un énorme délire devant lequel on rit beaucoup.

Guillaume Canet et Marion Cotillard, c'est le couple chouchou du cinéma français, discret et glamour. Mais voilà, sur un tournage, Guillaume se prend une énorme claque par une jeune actrice qui ne le trouve pas très rock. D'une petite phrase anodine il en fait tout un drame. Ça tourne dans sa tête et il s'engouffre dans une énorme crise existentielle. Il a du mal à accepter l'image ringarde qu'il croit qu'on lui donne, il part à la recherche de ses rêves de jeunesse, mais surtout fait du grand n'importe quoi. Ses proches, autant sa femme que ses bons amis, ne vont pas réussir à le canaliser et vont rester impuissants face à sa folie soudaine...

283534

Chacun joue son propre rôle. Pour Guillaume Canet ça pourrait même être du narcissisme assumé mais c'est bien plus poussé que cela. Il va bien plus loin que juste se regarder dans un miroir, il offre aussi des rôles totalement assumés de caricatures d'eux-mêmes à Marion Cotillard, Gilles Lellouche, Johnny Hallyday ou encore Kev Adams. Ils sont vraiment très bons, Marion est hilarante dans la préparation acharnée de ses rôles, alors que Johnny offre une scène qui prouve qu'il a beaucoup d'humour pour s'auto-parodier à ce point.

Chez Guillaume Canet, c'est bien plus complexe. Il est à la fois réalisateur, scénariste et acteur, chaque tâche est amplement remplie, avec beaucoup de talent. Dans son film, il se met en abîme. Il incarne un prêtre sur le tournage d'un film d'auteur de son ami Philippe Lefebvre, et il en profite pour lancer quelques piques cinglantes au genre. Le cinéma, c'est fait pour oser des choses, pour aller plus loin qu'un scénario rigide, il faut se tester comme acteur mais aussi comme metteur en scène. C'est ce qu'il fait finalement dans Rock'n Roll, il se fait plaisir tout en risquant de ne pas plaire à tout le monde dans ses délires poussés. Cela fait un peu penser aux scènes parodiques de La cité de la peur où on joue avec les styles, on sort parfois de la ligne narrative juste pour placer une scène incongrue. Au final, on se retrouve face à une énorme farce à laquelle on aura soit totalement adhéré, soit passé à côté.

080860

Il en profite pour aborder le sujet de l'apparence, très importante pour un acteur, le physique étant sa première carte de visite. Mais en vieillissant, il voit s'échaper une liste de rôles qu'il ne pourra plus espérer incarner. La douleur est encore plus intense quand la jeune actrice lui avoue que Gilles Lellouche, pourtant de la même génération que lui, la fait fantasmer. Alors il part à la quête d'une jeunesse perdue. Il redevient aussi imprévisible qu'un adolescent en recherche de personnalité. C'est quoi être rock ? Un look ? Une attitude ? Plus que ça ? Et si, finalement, le rock n'était qu'un prétexte pour se lâcher et faire enfin ce qu'il veut. La deuxième partie du film risque de surprendre, jusqu'à un final absurde, mais tellement assumé, du coup ça fonctionne comme une belle parodie.

Rock'n Roll bouscule la comédie française en se situant entre la farce et la parodie, où on est allé jusqu'au bout des choses. Il est rare de voir aujourd'hui un film comme ça produit chez nous, la comédie sortant rarement des sentiers battus. Ce film a au moins le don de faire sincèrement rire aux éclats. C'est assez réjouissant de voir chaque acteur jouer sa propre caricature, on sent bien leur implication et surtout, tout le monde a l'air de s'être fait plaisir. On ne saura pas ce qui est vrai ou faux et au fond cela n'a pas d'importance, mais il est certain que Guillaume Canet s'est bien lâché sur ce film et avec beaucoup de talent et d'auto-dérision. On a envie de voir plus de films aussi vivants made in France !