On ne compte plus les adaptations de grands événements politiques et historiques par Oliver Stone. Après la guerre du Viet Nam avec Platoon, ou encore l'enquête autour de l'assassinat de Kennedy avec JFK pour citer les plus renommés, le réalisateur s'attaque à une actualité encore fraîche dans les mémoires. En 2013, des journalistes dévoilent un scandale mondial mis à jour par Edward Snowden.
 
Le film retrace la vie de Snowden, depuis son engagement dans l'armée jusqu'à sa fuite en Russie. Durant son long entretien avec les journalistes invités à le rencontrer en secret, on apprend sous forme de retour en arrière ses découvertes à propos des fonctionnements de la CIA, de la NSA et l'ampleur de l'espionnage que ces institutions mettent en place.

 

428161

Avec le manque de recul par rapport à cette affaire, on a du mal à être surpris par l'envergure que prennent les révélations qu'on nous fait. Malgré le travail visible de Joseph Gordon-Levitt dans le mimétisme du vrai Snowden, autant dans la posture que dans le timbre de sa voix, il a du mal à captiver. Evidemment, un agent de la CIA puis de la NSA aussi convaincu par son patriotisme que lui est plutôt de nature réservé, il intériorise beaucoup et ne laisse pas passer beaucoup d'émotion dans son attitude. On parle de données informatiques, de choses immatérielles. Il est difficile de se passionner pour des hommes devant des écrans d'ordinateur, surtout quand on sait d'avance ce qu'il va découvrir.
 
Certes, en plus des articles qui ont circulé et des révélations qui ont été faites depuis 2013, il est tout de même impressionnant de visualiser les lieux secrets dans lesquels les espionnages se déroulaient. Snowden nous fait voyager, chaque pays a son histoire et sa spécialité, que ce soit en Europe, en Asie ou aux Etats-Unis.

580485

Aussi, Snowden court un danger permanent en volant des données secrètes. Il fait aussi courir un danger à ses proches. Le film se penche évidemment sur cet aspect de sa vie, à savoir comment protéger sa petite amie et l'épargner de tout ce qu'il sait. L'histoire se partage donc entre le scandale d'état et le drame sentimental. Shailene Woodley semble être là juste pour ajouter du charme au film, car malheureusement, dans le fond, la petite amie n'apporte pas grand chose à cette histoire. Elle est la personne lambda pouvant être surveillée à tout moment, lui essaie de la sensibiliser mais comme il ne peut rien dire, ça ne va pas loin, à part vers des conflits.
 
Les journalistes aussi prennent un risque en rencontrant l'un des hommes les plus recherchés par son gouvernement. On essaie de nous montrer leur stress et leur négociation avec une hiérarchie toujours un peu retissante, et pourtant, encore une fois, on ne ressent pas le danger qu'ils courent. Leur rôle aurait pu être mieux exploité que seulement comme transcripteur de l'histoire de cet homme. 
 
L'actualité politique est tout de même parfaite pour la sortie de ce film. Snowden fait écho aux élections américaines, il remet au goût du jour la sécurité des données informatiques et les limites de la vie privée via internet. Mais on aurait aimé être un peu plus surpris et captivé à la fin du générique. Peut-être que le film a été réalisé trop tôt, ou bien ce sujet n'est pas assez cinématographique.