gangster-squad

Ooooh, je te vois venir lecteur ! "Elle a mis 4 étoiles parce qu'il y a Ryan Gosling, c'est pas objectif ça !" Tssst tsst, je t'arrête. Ce film vaut vraiment le coup quand on aime bien les histoires de mafieux, l'esthétique des années 50, l'humour bien placé, les fusillades et les courses poursuite, et oui ok Ryan Gosling aussi. 

 

La mafia, on a l'habitude de la voir à Chicago, ici on découvre celle de Los Angeles tenue d'une main de fer par Mickey Cohen. Après ses réseaux de drogues, prostitués et armes, il compte obtenir encore plus de pouvoir avec l'argent des paris. Il a réussi à corrompre tous les notables de la ville, ce qui le protège de tout. Ses méthodes d'intimidation sont aussi très efficaces pour montrer qu'il est prêt à tout pour garder la main sur son empire, pourtant le sergent O'Mara va monter une brigade officieuse pour le faire tomber. Ils sont incorruptibles et impitoyables...

 

Dès la première scène, le ton est donné, à faire pâlir les petites groopies sentimentales du beau Ryan. Sean Penn, grimé en parrain de la mafia, envoie un "message" à ses concurrents de l'Est en massacrant un homme sur les collines d'Hollywood, parce que c'est lui le boss et ça on va vite le comprendre. Ancien boxeur, il sait frapper fort au sens propre comme au sens figuré. L'acteur a parfaitement su se glisser dans la peau de son personnage et fait ressentir cette force mais aussi de la frayeur en un simple regard.

 

Face lui, Josh Brolin est le sergent O'Mara, tout aussi fort et tout aussi déterminé. Il a l'allure naturelle du meneur. A ses côtés, son épouse enceinte (Mireille Enos) craint pour sa vie mais le soutiendra pour constituer la fameuse brigade. Le premier approché est Jerry Wooters (Ryan Gosling), beau gosse lucide. Puis se joindront à eux Rocky Washington (Anthony Mackie) qui se bât contre la drogue, le malin Conway Keeler (Giovanni Risibi), Max Kennard (Robert Patrick) qui tire plus vite que son ombre et son associé Navidad Ramirez (Michael Peña). Et le rôle de la belle rousse envoûtante dans tout ça pour apporter beaucoup de glamour revient à Emma Stone.

 

Voici une grande partie du formidable casting qui embellit encore plus ce polar déjà très stylisé par l'esthétique de la fin des années 40. L'action est bien menée, il faut s'attendre à voir quelques passages violents traduisant les manières brutales de Cohen, souvent sublimés par du slow motion. Un nombre incroyable de balles est tiré pour le plaisir de tous les amateurs de film d'action. L'humour présent détend l'atmosphère entre répliques et situations cocasses.

 

En résumé, un super casting, une histoire bien rythmée, de belles courses poursuites et fusillades, un peu d'amour et d'humour dans cette magique ville de Los Angeles, c'est tout ce qu'il faut pour passer un bon moment au cinéma. Je me pose tout de même une question. Qu'aurait donné la première version du film avant la tuerie qui a eu lieu lors de la sortie de Dark Knight Rises, obligeant le réalisateur à supprimer une scène presque semblable pourtant primordiale parait-il et à tourner quelques minutes de plus pour rattraper l'intrigue ? J'espère un bonus dans un DVD un de ces jours...