shamePour une fois je vais être à contre courant des critiques. Je n'ai pas aimé Shame à tel point que j'ai failli créer une nouvelle rubrique "trou noir / zéro étoile". Mais je ne peux pas car à la création de ce blog j'ai décidé que tout film méritait une étoile juste pour soutenir l'équipe de tournage. Là, non, je ne peux pas dire que c'était nul, j'ai même ris trois ou quatre fois aux scènes qui se veulent drôles, donc ça marche. C'est juste que je ne suis pas dans le même délire. Je me suis ennuyée. La scène d'ouverture était trop longue et le reste a suivi sur la même pente de lenteur et suspense harrassant.

C'est l'histoire de David, un homme qui a l'air de bien s'en sortir dans sa boîte mais qui a une réelle addiction qui lui pourri la vie : le sexe. Comme toute drogue, ça détruit à trop de manque, trop de consommation. Il n'a pas l'air heureux, il a l'air d'en pincer pour une de ses collègues mais se tappe des tas de meufs qu'il paye ou pas, se masturbe chez lui, dans les toilettes de sa boîte et sûrement ailleurs... C'est très cru, la musique rend la chose encore plus dramatique, on voit un homme se détruire, sombrer dans la dépendance, repousser sa sœur qui aurait besoin du soutient d'un grand frère... Bref, c'est la déprime et c'est juste le genre de film dont je n'ai pas besoin en ce moment.

Il paraît que c'est un chef d'œuvre, un des films phares de l'année. Pas pour moi, merci.