the_artist

Eblouissant ! Je n'ai pas une très grande culture du cinéma muet, j'ai vu quelques classiques de Chaplin seulement, The Artist a été une expérience pour moi.

En avant première au Grand Rex avec l'équipe du film, c'était la salle idéale pour le voir, se replonger dans la belle époque du cinéma muet en noir et blanc. Le pari est osé je trouve, à l'aire du 3D et autres productions tappe à l'œil, réaliser un film en 4/3 (oui, même le format est dépoque) ! Le pari est largement gagné. 
Hazanavicius a choisi un exercice de style, parler de la fin du cinéma muet en faisant du muet et c'est beau. Jean Dujardin joue George Valentin, une vedette du muet au sommet de son art. Nous sommes en 1927 et il va être victime de l'évolution des techniques. Une jeune actrice, Peppy Miller (Bérénice Bejo) rencontrée par hasard (ils sont vite sous le charme l'un de l'autre) va vite lui voler la vedette au moment de l'arrivée du cinéma parlant. On les suit sur quelques années, elle monte et devient la star d'Hollywoodland et lui sombre avec son orgueil. Quand elle le croise, on voit toute l'admiration qu'elle a toujours pour lui et cette légère honte de lui voler sa place aussi. Lui, reste vaniteux et n'assume pas perdre tout ce qu'il possède. 
Aussi, je dois mentionner la présence de John Goodman en typique producteur américain cigare à la bouche et de James Cromwell en chauffeur fidèle. Ah oui, et ce magnifique petit chien qui aurait bien mérité une palme d'or lui aussi !

Le film n'est jamais ennuyeux. La musique rythme chaque scène très justement, la mise en scène est sublime, de très beaux cadrages et les acteurs semblent avoir fait un réel voyage dans le temps tellement ils maîtrisent le jeu expressif qu'impose le muet ! On revit le cinéma des années 30 à Hollywood comme on peut l'imaginer ! Le film est drôle, le film est triste, le film est touchant, émouvant, le film est surprenant. C'est un joli petit chef d'œuvre.

Merci monsieur Hazanavicius et votre équipe, c'est pour cela que j'aime le cinéma !